Carder et filer le coton

La plupart des vêtements en coton que nous portons proviennent d’usines de tissage, malheureusement extérieures au Burkina Faso. Par contre il existe encore une très grosse production artisanale fabriquée par les associations de femmes.

Ces femmes achètent la plupart des ballots de fils de coton au marché, fabriqués par l’usine Filsah à Bobo Dioulasso. Néanmoins quelques associations ont voulu perpétuer un savoir faire ancestral afin qu’il ne s’oublie pas.
C’est le cas du groupement de femmes Yienu Hambili à Fada n’Gourma

De manière traditionnelle, le coton est cueilli sur la plante avec ses graines. La première opération va consister à enlever les graines du coton à la main. C’est long et fastidieux.
Les graines sont mises de côté pour faire de l’huile, et le coton est prêt à être cardé, c’est çà dire peigné afin de le nettoyer de toutes les impuretés.
Pour cela on va prendre deux planchettes de bois avec un manche, de même taille, sur lequel vont être cloué une toile épaisse hérissée de pointes.Il s’agit souvent de récupération de brosses en fer. On place des morceaux de coton entre les deux planches et on peigne jusqu’à obtenir un coton fin et souple.


Egrener le coton à la main, à gauche les grains de coton encore enrobés de fibres
 
Le cardage du coton


Cardage du coton de manière industrielle avec l’entreprise FILSAH

FILER LE COTON

Actuellement, ces opérations traditionnelles sont tellement fastidieuses que les femmes achètent toujours leur fil en ballot sur le marché. Néanmoins le groupement Yienu Hambili (ainsi que d’autres également) apprennent à conserver et transmettre toutes les étapes traditionnelles que leurs mères faisaient.

Une fois le coton cardé,il va être pris petit bout par petit bout pour le torsader à la main avec une quenouille. Le travail est délicat car le coton se détache facilement. On peut noter que toutes ces étapes (à part l’égrenage) correspondent exactement aux étapes du travail traditionnel de la laine en Europe.

Le coton filé prend la forme d’un fil solide de couleur écrue enroulé autour d’un fuseau bien épais qui sera mis en écheveau prêt à être teint et tissé.

 


Le fil obtenu de manière industrielle avec l’entreprise FILSAH

Copyright photos : A et B Chalamon, JP Fouilloux, S. Natama, N. Schmeltz, O. Ouarma